Mon avis sur Mur végétal intérieur

Plus d’informations à propos de Mur végétal intérieur

S’occuper du sol, c’est le travail même du jardinier avant même de semer. Il s’agit avant tout de connaître la composition du sol afin de l’enrichir si nécessaire : le sol sera argileux, calcaire, sableux ou encore humifère. Les besoins diffèrent selon sa nature. En cas de doute, vous pouvez faire étudier un échantillon de terre auprès d’un laboratoire d’analyses. le plus simple serait au final de se rapprocher de la composition suivante : 60 % sable, vingt pour cent argile, 10 % calcaire et 10 % humus. En effet la terre doit être de qualité supérieur pour être fertile, et il sera judicieux de l’enrichir en y apportant ponctuellement du compost, du fumier, de la tourbe ou du terreau. La quantité nécessaire à l’amendement dépendra facilement sur de la nature du sol et de ses plantations, certaines étant plus exigeantes que certains. Les bases du jardinage passent de plus par le sol, mais la terre ne suffit pas, il faudra en plus laver le jardin, l’aérer, le bêcher mais sans pour autant retourner la terre afin de ne pas la déséquilibrer. Après avoir ôté la mauvaise herbe, c’est une phase importante pour faciliter la circulation de l’eau dans la terre. le plus simple sera de le faire deux fois, ainsi la terre sera mieux amendée, drainée, plus souple et les plants devront prendre alors plus facilement racine. Entre chaque étape, laissez un temps de repos à la terre.

Tu es plutôt fière du tas de compost entretenu pendant des mois ? Quand les beaux jours qui arrivent, c’est le moment de le répandre allègrement dans ton potager. En nourrissant la terre, il t’aidera à avoir une meilleure récolte. Le compost est un atout de taille dans la lutte aux changements climatiques. Chaque fois que tu y mets des restes de table, tu évites qu’ils ne contribuent au réchauffement climatique. En effet, lorsque les déchets organiques finissent au dépotoir, ils se décomposent en produisant du méthane, un gaz polluant 25 fois plus puissant que le CO2. agencer ton potager te permet de savoir ce qu’il y a dans ton assiette, tout en te procurant la grande satisfaction de l’avoir vu pousser. Et tout en se déployant, il te rafraîchira la belle saison ! En effet, la verdure aide à le phénomène des îlots de chaleur, qui transforment les milieux urbains en sauna lors des canicules. Si tu n’as que très peu d’ombre, pourquoi ne pas ajouter un ou deux pommiers dans ta cour ?

Faire une activité en plein air procure de la détente et du bien-être, rares sont ceux qui n’aiment pas faire bronzette et se baigner à la l’eau ! Pratiquer le jardinage permet de prendre une dose quotidienne de vitamine D et de bénéficier du soleil. Bref, le jardinage c’est bien car on peut profiter de l’extérieur et s’oxygéner l’air frais tout en pratiquant une activité physique. Cette activité botanique très prisée par les français, engendre une satisfaction personnelle. En effet, le jardinier en herbe sent une satisfaction personnelle à faire pousser ses propres plantes, c’est réussite. Voir les jeunes pousses sortir de terre et les savourer quelques semaines plus tard dans son assiette, ça c’est réussite accélérant le climat. Et et ensuite, plus l’on jardine, plus l’on a d’imagination et plus l’ingéniosité se développe. Eh oui, le jardinage peut aussi être une activité artistique. Pratiquer le jardinage, c’est aussi entretenir sa forme. Le jardinage, la tonte, la taille, l’arrosage, le potager sont autant de mouvements physiques, qui sollicitent le corps entier. En luttant contre l’obésité, les jardiniers entretiennent leur masse musculaire mais se renforcent systématiquement les articulations et l’ossature. Selon des chercheurs britanniques, il suffirait de 30 minutes de façon hebdomadaire pour entretenir son corps.

Du premier point découle ce second. Est-il bien raisonnable d’acquérir et de planter en période de fort givre ou, pire, juste avant les fortes chaleurs ? Êtes-vous sûr, alors, de pouvoir apporter à votre nouvelle acquisition les soins nécessaires et notamment les arrosages obligatoires à sa bonne reprise. En règle générale, prennez des plantations plutôt plus petites qui s’installeront avec une plus grande facilité et, bien souvent, rattraperont en croissance les végétaux plantés en plus gros discussions. Ceci est encore plus tangible pour les plantations de haies, si dispendieuses. a partir du moment pu c’est les plantes acquises, ne les délaissez pas dans un coin, surtout s’il s’agit de petits godets. Installez-les à figure le plus vite possible. sans quoi vous risquez de les voir dépérir, se dessécher ou du moins s’étioler. D’un autre côté, ne plantez pas pour autant à la va-vite. Considérez votre achat comme un investissement en la postérité et soignez-le ainsi que les arrosages jusqu’à complète reprise. Le sol mérite toute votre attention. Ce matériau à première vue inerte est bien vivant et mérite respect, tout comme vos plantes. Maintenez-le propre et bien aéré. Evitez de le aplanir en le piétinant. Employez les paillis de couverture pour les préserver du froid comme de la chaleur.

Si tout cela vous semble un peu trop long ou difficile à mettre en place, il est possible de réaliser un potager surélevé ( en carré ou sur buttes ). En procurant alors un mélange de terre adaptée, vous vous affranchissez des contraintes de la nature de votre sol. Pour les régions ventées, un mur de la maison ou une haie sont parfaits pour entretenir vos légumes ; à défaut, anticipez d’installer en bordure du potager des groseilliers, des framboisiers, ou bien encore du romarin ou autre laurier-sauce qui feront un rempart gourmand fort agréable. Il est toutefois bonne de ne pas oublier que, peu importe les news que l’on met en place pour remédier aux « imperfections » de la nature, il est encore mieux d’essayer de s’adapter à son milieu ; un sol argileux ira parfaitement plutôt aux betteraves, aux épinards, aux fèves ou aux poirées tandis qu’une terre à tendance sablonneuse verra s’épanouir asperges, pastèques, pommes de terre et autres scorsonères. Et si le persil désaprouve les sols trop acides, l’oseille se détourne de ceux qui sont trop calcaires. enfin, si le soleil n’illumine qu’avec parcimonie votre potager, optez pour les laitues, les épinards, les cèleris, ou tout autre légume se plaisant à l’ombre ou à la mi-ombre. Faire son potager c’est accepter d’y consacrer un peu ( voire plus ! ) de son temps. Pour ne pas le perdre et se retrouver submergé par une tâche qui vous dépasse, il est nécéssaire de bien dimensionner son projet avant de le engager.

Avant toute chose, il est important de savoir quand amorcer votre potager. Été ? Hiver ? Quel est l’occasion ? Selon moi, la meilleure période pour enfiler sa look de jardinier est… ( roulement de tambours ) l’automne ! L’automne est l’une de mes saisons favorites. Les températures se radoucissent, les arbres bouleversent de couleur, le temps paraît se freiner. Les feuilles tombent. Les grattoirs se préparent. Et la terre de votre potager n’attend plus que vous pour une nouvelle expédition ! Vous ne le saviez peut-être pas, mais c’est pendant la période automnale qu’il faut préparer le sol. Lorsque j’écris « préparer », je veux dire : amender, enrichir, organiser. Certaines personnes vous suivent de démarrer votre potager au printemps. À première vue, rien de plus logique : c’est à cette période que l’on plante et sème ses premiers légumes. Mais comme un gâteau ne peut se cuisiner sans ingrédients, des légumes ne peuvent pousser sans une bonne terre. Et la le modèle magique d’une « bonne terre » n’a rien de difficile. Amendement, fertilisation, délimitation, organisation… À démarrer dès les mois d’octobre/novembre ! Nous voici dès à présent arrivés à la seconde phase de la réalisation de votre potager : l’emplacement. C’est au cœur de chez vous que se cache l’endroit idéal. Un coin tranquille où installer votre petit cocon extérieur. Tranquille ? Oui… mais pas que ! Pour voir grandir vos légumes à vue d’œil, vous aurez besoin d’une bonne exposition. Chaleur et lumière sont les meilleurs alliés de vos fleurs chéries. Ainsi, l’emplacement de votre futur potager doit rester le plus ensoleillé possible. la meilleure solution ? Plein Sud !

Tout savoir à propos de Mur végétal intérieur


Publié

dans

par

Étiquettes :

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *