Mes conseils sur Mur végétal intérieur

Complément d’information à propos de Mur végétal intérieur

Cultiver son jardin, faire une association des fleurs, admirer les fleurs, récolter et déguster ses légumes… engouement du jardinier qui, pour la première fois, se lance dans cette belle aventure se doit d’être un peu canalisé. Les conseils de notre spécialiste afin d’éviter certaines erreurs récurrentes chez les « apprentis ». Les crudités de moyenne rusticité ( mimosa, camélia, agapanthe, anisodontea, azara… ) sont réservés aux jardins de bord de mer et du midi. Ailleurs, surtout en climat continental, n’adoptez que des plantations très rustiques ( lilas, iris des espaces vert, pivoine, glycine… ). Les températures sont souvent différentes, dans un même département, suivant les zones. Le long du littoral, il peut y avoir jusque entre 5 et 8° de différence, pendant l’hiver, entre une ville côtière et une ville à 50 km dans les terres. Le vent, l’humidité, les pluies plus ou moins fréquentes, tout influence sur les végétaux. La haie, écrin du jardin, est la priorité ! Imaginez-la diverse, attractive, voire gourmande, autant pour vous que pour les oiseaux et les papillons. Dans un premier temps, optez pour des crudités faciles à vivre ( hémérocalle, géranium vivace, chèvrefeuille, groseillier… ) : les petites raretés ( arisaema, cypripedium, bletilla… ), c’est pour après ! Si vraiment vous tenez à une plante trésor, cultivez-la en récipient.

Le terreau, la terre et le substrat ont pour rôle de remplacer le sol originel de culture du végétal que vous souhaitez maintenir dans votre espace de vie, au jardin, au balcon ou à la grande terrasse. Dans les besoins vitaux de la plante, le sol permet d’ancrer son système racinaire, ce qui va tout simplement lui permettre d’aller chercher l’eau et les nutriments indispensables à son développement, à sa survie. Si les trois à propos déterminent une base sur laquelle les végétaux peuvent se accroitre, leur composition est bien différente. Le substrat est plutôt composé de sédiments, de vase, de roches et de granulés de sable. Pour les besoins de certaines d’environnement, il peut être utilisé seul mais peut aussi servir de base ou de complément à une autre couche. La terre est en fait de la terre végétale, seulement faite d’éléments d’origine naturelle. Le terreau, lui, est composé de terre végétale naturelle enrichie de crudités d’origine naturelle en décomposition. Vous essayez d’ maintenir ou rempoter votre végétal préféré…. Mais faut-il un terreau ‘plantation’ ou ‘rempotage’ ? La question se pose, évidemment… Mais rappelez-vous que certaines fleurs ont des besoins particuliers. Alors s’il existe des terreaux singulièrement travaillés pour une variété de plante, préférez leurs fonctions en priorité. Le substrat est complétement adapté à la plante et cette dernière sera dans les meilleures conditions pour se développer sainement.

Saviez-vous que des documentations récentes ont mise en évidence que la pratique de une demi-heure de jardinage, plusieurs fois par semaine entraînait d’énormes bénéfices pour la forme comme les risques d’hypertension, de diabète, de maladies cardiovasculaires, améliorait l’état des os, des groupes de muscles et des articulations ? En faite, le jardinage est comparable à la pratique d’un sport doux. Trois heures et demie conviennent à une perte de 1000 Kcal, ce qui est équivalent à pratiquement deux heures intensives de jogging. Les médecins recommandent pour garder la forme une dépense de tous les jours de 156 Kcal ce qui se traduit par l’équivalent de quarante cinq minutes de taille ou encore 25 minutes de bêchage. La répétition de déplacements très plusieurs comme se baisser, se courber ou fléchir les genoux permet de solliciter tous les zones musculaires du corps et ainsi perfectionne la souplesse. de plus, le jardinage permet de bénéficier de tous les avantages de l’exposition sous le soleil et des activités de plein air. Le jardinage pratique un pouvoir intéressant sur la santé mentale tout simplement parce qu’il produit du confort relié à la participation en extérieur. Le jardinage est une conception personnelle gratifiante. Le fait d’agir sur son lieu proche pour l’embellir et de voir le résultat de jours en jours et de périodes en saisons, offre une grande satisfaction et booste l’ingéniosité.

Du premier point découle ce second. Est-il bien raisonnable d’acheter et de planter en période de fort givre ou, pire, juste avant la canicule ? Êtes-vous sûr, alors, de pouvoir apporter à votre nouvelle acquisition les soins nécessaires et notamment les arrosages nécessaires à sa bonne reprise. En règle générale, prennez des plantations plutôt plus petites qui s’installeront avec une plus grande facilité et, bien souvent, rattraperont en croissance les crudités plantés en plus gros discussions. Ceci est d’autant plus tangible pour les plantations de haies, si dispendieuses. a partir du moment pu c’est les plantes acquises, ne les délaissez pas dans un coin, surtout s’il s’agit de petits godets. Installez-les à demeure au plus vite. sans quoi vous risquez de les voir dépérir, se dessécher ou du moins s’étioler. D’un autre côté, ne plantez pas pour autant à la va-vite. Considérez votre achat comme un investissement en la postérité et soignez-le ainsi que les arrosages jusqu’à intégrale reprise. Le sol mérite toute votre attention. Ce matériau à première vue inerte est bien vivant et mérite respect, tout comme vos plantes. Maintenez-le propre et bien aéré. Evitez de le aplatir en le piétinant. Employez les paillis de couverture pour les entretenir du froid comme de la chaleur.

Pour démarrer en jardinage et de manière plus explicite par la culture d’un potager, commencez par déterminer la meilleure orientation possible pour vos plantations. Les plantations potagères ont besoin d’un bon ensoleillement, choisissez une surface exposée au sud, voire même mieux au sud-ouest, pour éviter une terre trop orienté en plein soleil et trop sèche. Alors, vous favoriserez un bon rendement. Si vos fleurs sont dans de bonnes conditions pour pousser, vous obtiendrez de bons serp plus rapidement, ce qui vous encouragera encore plus. Les jardiniers les plus confirmés vous le diront aussi : selectionner un emplacement proche de chez vous, dans votre jardin idéalement, et où la terre est bonne. Cela s’avère évident, mais dressez une liste des outils de jardin dont vous allez avoir besoin. investissez notamment dans une fourche à bêcher, un râteau, une griffe, un arrosoir, un sécateur, des gants et du terreau adapté. À souligner que si vous jardinez à plus petite échelle, sur votre grande terrasse ou balcon, prévoyez des d’acquérir des pots et des billes d’argile à mettre au fond. investissez dans du feutre de drainage pour jardinière pour éviter le mélange du terreau avec les éléments drainant insérés au fond du bocal, et empêcher que les trous de drainage ne s’obstruent.

Avant toute chose, il est important de savoir quand débuter votre potager. Été ? Hiver ? Quel est l’occasion ? Selon moi, la meilleure période pour revêtir sa habillement de jardinier est… ( roulement de tambours ) l’automne ! L’automne est l’une de mes saisons favorites. Les températures se radoucissent, les arbres changent de couleur, le temps semble se retarder. Les feuilles tombent. Les raclettes se préparent. Et la terre de votre potager n’attend plus que vous pour une nouvelle aventure ! Vous ne le saviez peut-être pas, mais c’est pendant la période automnale qu’il faut préparer le sol. Lorsque j’écris « préparer », je veux dire : amender, enrichir, mettre en place. Certaines personnes vous accompagnent de démarrer votre potager au printemps. À première vue, rien de plus logique : c’est à cette période que l’on plante et sème ses premiers légumes. Mais comme un gâteau ne peut se cuisiner sans éléments, des légumes ne peuvent pousser sans une parfaite terre. Et la le modèle miraculeux d’une « bonne terre » n’a rien de complexe. Amendement, fertilisation, délimitation, organisation… À démarrer dès les mois d’octobre/novembre ! Nous voici à présent arrivés à la seconde étape de la création de votre potager : l’emplacement. C’est au cœur de chez vous que se cache l’endroit idéal. Un coin tranquille où maintenir votre petit cocon extérieur. Tranquille ? Oui… mais pas que ! Pour voir grandir vos légumes à vue d’œil, vous aurez besoin d’une bonne exposition. Chaleur et lumière sont les meilleurs alliés de vos plantations chéries. Ainsi, l’emplacement de votre futur potager doit être le plus ensoleillé possible. le plus simple ? Plein Sud !

En savoir plus à propos de Mur végétal intérieur


Publié

dans

par

Étiquettes :

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *